Sissycalypso: Transformer une trans en lopette sissy

Transformer une trans en lopette sissy

10 juill 2017 à 07:18

Introduction:


Un certain nombre d'individus masculins ne sont naturellement et classiquement pas hétérosexuels, ils sont homosexuels lorsqu'ils n'ont aucune attirance pour les femmes, et bisexuels s'ils ont de l'attirance pour les deux genres. Mais parmi ceux là, il y en a certains qui en plus ont le sentiment de ne pas être nés dans le bon corps, qu'ils auraient dû être des femmes. Alors souvent ils se travestissent dans des tenues de femme, à l'extérieur pour les plus courageux, de manière cachée la plupart du temps,  voire n'ayant développés que certains fétichismes pour des matières, des sous-vêtements etc et les portant sous leurs tenues masculines. Pour certains, le besoin de "changer" devient si essentiel qu'ils prennent un traitement hormonal, qui occasionne quelques changements physiques souvent visibles, tels que le développement d'une vraie poitrine, et deviennent donc des transsexuelles. D'autres vont encore plus loin et passent par l'étape ultime, la chirurgie de réassignation sexuelle, pour transformer jusqu'à l'apparence des voies génitales et sont donc des transsexuelles opérées.


Beaucoup d'hommes se prétendant hétérosexuels ont eu des relations intimes homosexuelles pour essayer ou par pulsions régulières, bien que la plupart s'en défendent, car c'est à la fois tabou et considéré comme un signe de dévirilisation de l'homme par beaucoup de personnes, notamment les femmes. Ces désirs ou pulsions sont souvent orientés vers l'organe génital de même genre, et parfois l'apparence restante reste un frein à tenter l'expérience. Les personnes citées plus haut dites du troisième genre ou transgenres, travestis et transsexuelles pour les plus connues, représentent un compromis très opportun à ce frein. L'homme se donnera bonne conscience à travers une apparence féminine, le rassurant sur son "hétéro-normalité", et il pourra enfin approcher voir user de l'organe masculin qui nourrissait ses fantasmes. Les transgenres attirent donc les hommes bisexuels et les hommes prétendus hétérosexuels qui soit camouflent une pulsion d'attirance bisexuelle mal assumée, soit ont impérativement besoin d'une apparence féminine pour l'assumer, soit sont très demandeurs sexuellement, et savent que le sexe avec le troisième genre comme avec les gays est très facile d'accès.


Une fois compris ce fonctionnement, il est facile de se faire une idée de l'impressionnante quantité d'hommes qui fantasment sur les transgenres où concrétisent leur attirance pour eux. Et de leur côté justement, qu'en est il de leur attirance à eux. Hé bien en fait la sexualité des transgenres est sensiblement similaire à celles des deux autres genres. Certaines travesties et transsexuelles qui sont ou étaient hétéro en tant qu'hommes le demeurent sur le principe, et continuent donc des relations intimes avec des femmes (plus rare chez les trans car les hormones sont incapacitantes et la relation devient donc "lesbienne";-). D'autres, par expérience acquise ou désir nouveau, sont ou deviennent bisexuelles (toujours avec la même problématique femme/trans) et d'autres enfin, soit qu'elles étaient déjà homosexuels en homme ou découvrent leur nouvelle vision de la sexualité à travers celle pratiquée avec des hommes en se sentant femmes, décident elles de coller à une nouvelle hétéro-normalité "homme-femme".


Alors que sont les sissys? Les sissys sont sur le principe des garçons qui ont été "sissifiés",c'est à dire transformés en filles en apparence, soit par désir de l'être par personne interposée, pour une raison de fantasme, soit sous une totale contrainte, et toujours par fantasme. Une sissy débutante est toujours dominée par une tierce personne, hommes et femmes se partageant largement ce plaisir, avec peut-être une majorité de femmes aimant humilier les hommes, tandis que le mâle dominateur voit plus d'intérêt à la transformation pour l'asservissement d'une autre catégorie de femmes. Suivant les désirs des uns et des autres, le sissys sont soit simplement sujets au travestissement forcé et chacun tire du plaisir de cette contrainte et du résultat exposé, soit à des actes de domination intimes entendus communément, soit le choix s'oriente, en plus de l'apparence forcée et de la visibilité de la sissy en privé ou en public, vers son utilisation sexuelle dans son rôle de femelle imposé par un tiers. Elle pourra ainsi devoir s'offrir ou être offerte à des hommes souhaitant l"utiliser sexuellement comme une femme. Le plaisir de certains dominateurs, que je préfère nommer les "formateurs", sera alors d'amener cette sissy à acquérir l'expérience et le désir suffisant pour s'assumer pleinement et toujours en tant que telle. A partir d'une sissy débutante, certaines resteront des sissys occasionnelles pour le plaisir de leurs dirigistes et le leur, et d'autres auront l'opportunité de rencontrer de vrais formateurs (très rares), pour devenir des sissys assumées grâce à eux.



 


Et moi dans tout ça?


Je vais donc me présenter en premier lieu. Mon pseudo choisi pour l'occasion est Calypso Odyssea, qui est mon compte facebook aussi. J'ai 50 ans et ai vécu 40 ans comme un homme hétéro classique, avec quelques expériences bi occasionnelles, et j'ai un enfant dans l'adolescence. Je suis transsexuelle hormonée et non opérée depuis 2011, après avoir été travestie durant quatre ans, jemesure 1m77 pour 90kgs, plutôt "pulpeuse", 95B naturel, cheveux longs bruns et colorés, yeux bleus. Hormis quelques relations affectives avec de rares femmes, et une sexualité "entre femmes" car pas d'autre choix, l'essentiel de ma sexualité se passant avec des hommes, sans oublier quelques relations "libertines" avec des couples.


Toujours sous libido masculine durant les 4 premières années, j'ai eu pas mal d'expériences avec des hommes, puis les hormones réductrices de libido on beaucoup espacé les relations. Depuis environ deux ans cependant, leur stabilité a réorganisé une libido assez nouvelle, plutôt pulsionnelle, me poussant à des rencontres. Au début deux parts de moi s'affrontaient, une de pur désir sexuel et l'autre liée à l'image "respectable" que j'avais durement acquise, y compris sur les sites de rencontre où j'avais imposé une vision de moi même en tant que femme de caractère, imposant la courtoisie si on m'espérait. De plus en plus prise à ce jeu, j'en oubliais mes propres désirs, parfois bien plus délurés, osés, voire trash que m'interdisait à présent ma condition de "femme respectable", qui n'était qu'une projection non nécessaire de ma vie publique à travers ma vie intime.


C'est assez récemment que j'ai pris conscience que je m'ennuyais un peu dans ce rôle au lit. On dit que les transsexuelles sont souvent assez prétentieuses et vantardes de leur appartenance au sexe féminin. Je me suis mise nue devant une glace et j'ai bien regardé mes seins, puis j'ai regardé plus bas mon pénis et mes bourses, et j'ai commencé à m'interroger: Étais-je plus une femme à pénis ou un homme à seins? Certes le visage, les cheveux, les courbes du corps faisaient plus penser à une femme. Mais j'avais vécu 40 ans en homme et ne pouvais l'oublier, cette queue entre mes jambes en témoignait par l'image et beaucoup de souvenirs! J'étais né homme, avait grandi en homme, baisé en homme. Bon certes toujours très actif avec les femmes, mais lors des expériences bi, j'adoptais toujours le rôle du mec femelle. lors de mes expériences en pluralité avec des compagnes, j'étais très largement candauliste sans l'avouer, préférant de loin voir des hommes très virils les chevaucher que de profiter d'une autre femme. 


En m'intéressant à ces sujets, j'ai découvert avec bien plus d'attrait ces conditions de sissys, leur éducation, leur possible devenir et j'ai fait des parallèles avec mon expérience et désirs. J'ai compris que ma virilité masculine du passé n'en était pas vraiment une, qu'elle avait juste servi à "normaliser" ma situation pour éviter qu'elle finisse par devenir évidente. Des souvenirs enfouis sont alors revenus en pagaille! Mes balades tout gamin en culotte de fille dans les bois à la campagne, quelques anecdotes à deux avec d'autres gamins sous prétextes de jeux et de gages à jouer dans des cabanes ou sous des tentes d'indiens où j'étais toujours désigné pour jouer la fille, devait parfois porter juste ma fameuse culotte rose en dentelle attachée en "prisonnière" et même parfois sucer de petits sexes déjà bien durs. Mes expériences d'ado dans les dunes l'été, ce garçon un peu plus âgé qui m'avait menacé pour que j'enlève mon maillot, enfile un deux pièces qu'il trimbalait, suce son sexe et qu'il se masturbe et jouisse sur mon cul culotte baissée, et que j'ai accepté de revenir pomper en me laissant appeler Sophie au même endroit tout le séjour. Ma première pipe à un homme mur cochon à 17 ans dans un ciné porno en sous vêtements de fille sous mes habits en me faisant peloter les fesses par un autre. 


J'ai vite découvert que lors de ces expériences, je définissais strictement mon rôle à celui d'un passif, ce que j'attribuais à de la pulsion vers une sexualité opposée à la sexualité "normale", sans accepter que ma sexualité préférée était celle-ci. Je refusais aussi de faire trop de liens avec le fait de porter des sous-vêtements voire parfois des habits féminins pour les réaliser. J'y voyais un moyen d'augmenter le désir des hommes que j'avais compris en être très friands. Le fait d'être appelée "ma chérie" ou "petite salope" dans certains cas me plaisait mais je l'attribuais juste à la tenue. Mon sexe, fonctionnel à cette époque, était souvent sollicité par la caresse manuelle ou buccale de certains hommes, mais je lui préférai toujours celle sur mes fesses ainsi que par leur sexe, et bien sur celles que je devais moi-même leur administrer.


Aujourd'hui, l'expérience et le recul m'ont fait très bien comprendre la situation après analyse. J'étais une vraie petite lopette déguisée en garçon viril. J'ai accepté très tôt que des garçons me fassent suçoter docilement leur verge, et d'être "sissiyfiée" bon gré mal gré pour leur plaisir. Cela m'a permis de revoir aussi pas mal d'expériences passées et les récentes depuis que je me travesti et prend des hormones. Différents constats troublants en sont nés. Longtemps par exemple, j'ai cru et prétendu qu'une femme devant avant tout se préparer à sortir pour elle et non pour plaire aux hommes. Dans mon cas c'est faux. Je me maquille toujours soigneusement et m'habille en réfléchissant d'une part à l'esthétique mais aussi à la mise en valeur. La poitrine, les fesses, tout est pensé et inspecté dans la glace, avec au fond de moi cette évidence que je le fais pour les regards qui vont se poser dessus durant mes déplacements et mes activités. Et c'est tout le temps le cas. 


De même, lors de certaines relations, alors que je déclarais n'être en aucun cas attirée par la domination ni dans un sens ni dans l'autre, certaines attitudes naturelles de certains hommes m"ont spontanément docilisée, et j'ai accepté leurs demandes particulières sans discuter, alors qu'elles n'entraient pas dans mes pratiques (rien de SM je précise). Je me suis mise à nourrir de plus en plus de fantasmes tournant autour de la soumission à non pas un schéma classique du genre, avec son lot de codes verbaux et d'attitudes, mais à une envie exponentielle d'être dirigée, forcée sans violence mais réellement contrainte de me dépasser sans  cesse dans une nouvelle voie sexuelle. Mes fantasmes à moi n'avaient rien de concret, même si des thèmes récurrents revenaient dans mes désirs, comme toujours être forcée, les scénarios de viols et abus (pour le jeu je précise, étant très opposée à ce crime dans le réel), l'utilisation sexuelle, les photos/vidéos, l'exhibition forcée et la pluralité forcée (les trois derniers étant les plus fréquents). J'ai réalisé que ce que je voulais le plus était de réaliser les fantasmes cochons des autres qui s'accordent avec ces désirs personnels., donc qu'ils me soient imposés.


Autre changement important dans l'opinion, je déclarai depuis toujours n'avoir aucune attirance pour les autres transgenres, alors que depuis la même époque j'ai réellement très envie d'elles, je les trouve excitantes à regarder, sensuelles, travesti et trans sans distinction. Je m'imagine volontiers avoir des relations lesbiennes avec les passives, passive avec les actives et même former un couple entre transgenres délurées et libertines. Que l'une d'entre elles soit l'un de ces "formateurs" précédemment évoqués ne me dérangerait pas du tout. 


J'ai donc réalisé, preuves à l'appui, que j'avais été depuis toujours une lopette qui aurait pu devenir une vraie sissy si elle avait été prise en mains à temps. A présent que j'avais changé mon corps pour être trans, il semblait difficile de revenir à un stade qui en principe se prend dès le départ, lorsque l'on est encore un garçon classique. On travesti le garçon de la tête aux pieds, on lui rase les poils, on le maquille, le perruque, le chausse, lui fait porter tenue et sous vêtements ultra féminisants et on l'immortalise ainsi, l'expose ou l'offre suivant les choix. Le changement d'apparence radical fait partie du jeu de sissyfication.


Mon apparence à moi étant déjà celle d'une femme, la poitrine en plus, la surprise liée à une transformation serait moindre. Mais peu de temps après j'ai réalisé que c'était partiellement faux. Déjà parce que la sissy ne décide de rien, tout lui est imposé, et que le but de la sissification n'est pas qu'un changement d'apparence dans le genre, il est aussi le souhait de l'apparence la plus humiliante possible dans le genre opposé. En gros, on pourrait même le pratiquer sur une femme biologique, par exemple très BCBG, qui serait alors transformée contre son gré dans une apparence de véritable prostituée. Ce qui rejoignait mon souhait principal qui était de ne plus m'ennuyer en dépassant mes limites impossibles à dépasser par moi-même.


Dans mon cas, il ne s'agirait plus de déviriliser physiquement et psychologiquement un homme en le transformant en lopette sissy, mais de déféminiser psychologiquement une trans en la transformant en lopette sissy. Physiquement, il y n'y aurait plus de travail de féminisation, mais peut-être un petit travail de lopettisation, car la trans cherche par exemple toujours à camoufler ses attributs masculins, alors que ce n'est pas le cas d'une sissy. C'est essentiellement ce qui déféminisera la trans pour lui rendre une image de sissy. Ensuite, ses tenues resteront bien sûr féminines, mais elles seront beaucoup plus orientées sur les clichés du genre et sur la mise en valeur du corps et la suggestivité des atouts. Psychologiquement, elle devra tirer une croix sur sa visée d'être une femme, car elle n'évoluera plus. Oublier aussi petit à petit son statut de transsexuelle autonome au profit de celui d'une sissy dépendante, ainsi que tout ce qui chercherait à faire croire qu'elle est une femme autrement que par l'apparence. Plus de femme trans, plus de femme à bite non plus; juste une sissy, un garçon à nichons.


 


Ma recherche idéale:


Trouver un formateur homme (ou éventuellement transgenre) pour une prise en mains réelle, de manière à entamer cette remise à niveau de ma personne dans le cadre de mes vraies attentes, de qui je dois réellement être et pour qui.


Mes conditions :-(les seuls moments et lieux où la formation ne s'appliquera pas):


1) Les moments avec la famille proche. 2) Les moments au travail. 3) Les lieux où la proximité avec ces deux exceptions pourraient avoir une incidence sur elles.


Les limites que je me suis données:


a) Aucune violence physique amenant à la douleur. b) pas de crachats suis allergique c) sodomie avec préservatif impérative. d) aucune action susceptible d'utiliser ou de profiter de faibles ou/et non-consentants. e) éviter les lieux et circonstances pour certaines actions qui peuvent choquer des esprits trop jeunes ou non-avertis.


Le formateur idéal:


D'âge entre 35 et 65 ans, il (ou elle si transgenre) ne sera pas coincé dans une dynamique DS/SM classique, bien qu'ayant pu la pratiquer et être même très expérimenté dans ces domaines. Son plaisir se situera essentiellement au sein de l'emprise réelle qu'il aura sur son ou ses sujets. Dans ce sens, j'accepterai sans hésiter d'être formée en même temps que d'autres personnes, mais dans le même cadre de formation c'est à dire d'autres sissys. Compréhensif sur les conditions préalablement citées, il acceptera de déterminer un planning de formation selon disponibilités communes, sachant qu'un contrôle surveillé à distance peut-être parfois possible. Au même titre il comprendra les impondérables occasionnels, mais l'honnêteté devra être le maître mot et la sissy devra faire le plus d'efforts possibles pour honorer ses engagements et enchaîner une formation régulière et parfois intensive. Plus elle montrera sa détermination à satisfaire son programme et ses exigences avec assiduité, ponctualité et adaptabilité, plus il éprouvera de satisfaction dans son rôle. En revanche, n'oublions pas qu'il exerce aussi un pouvoir de contrainte réel sur elle, que c'est une sissy débutante et lui un formateur, et qu'il va aussi trouver beaucoup de plaisir dans ce domaine là. Sans pour autant pouvoir jamais protester, elle affichera le faciès et l'attitude résignée qui convient à toute personne obéissante, et pourra prier pour des réaménagements d'épreuves, qui lui seront bien sûr refusés. Il sera déterminé, intransigeant mais pas impitoyable dans des cas exceptionnels. Sa ou ses sissys seront ses objets de plaisir et de fierté et ne devront pas le décevoir. Son but ultime sera de terminer leur formation en réussissant à en faire des sissys assumées et autonomes.


Quelles seront ses exigences principales concernant sa tenue?


- Chez elle (vérifiable par visio à tout moment): un maillot de bain de ce type imagecenterblog.net/Capture3.jpg" alt="image" width="225" height="239" /> 


porté dès qu'elle rentre et jusqu'au coucher, ainsi à sa pause déjeuner si elle attend de la visite. Elle y ajoutera une paire de bas auto-fixants noirs. Lorsque l'on sonnera chez elle, et hormis si c'est familial ou professionnel (un peignoir sera d'accès pratique), elle devra impérativement ouvrir dans cette tenue et tout sourire agir comme si de rien n'était. Facteur, livraison de colis ou de nourriture, réparateurs, contrôles d'entretien, démarchages, tous devront être accueillis à la porte et/ou reçus ainsi vêtue. Le petit paquet de la sissy ne sera bien sur pas caché entre ses jambes, juste le tissu posé dessus, et le renflement sera évident sous le string un peu transparent. La nuit, elle portera une nuisette satinée par temps frais et une transparente par temps chaud:


 imagecenterblog.net/s-l1600.jpg" alt="image" width="171" height="258" />  


- à l"extérieur (vérifiable par envoi de selfie horodaté à tout moment):la sissy devra distinguer dans son rangement son nécessaire à paraître habillée en famille et au travail, dans un endroit séparé, puis dans un autre endroit les tenues qu'elle devra porter pour ses autres activités classiques (achats de courses, shopping nécessaire, rendez-vous en extérieur si invitation galante, expos, ciné, resto par exemple), et enfin dans un dernier endroit toutes les tenues qui lui seront utiles pour suivre les consignes vestimentaires du formateur en sorties, peu importe les lieux. Ces dernières tenues seront pour la plupart très humiliantes bien sur, et ciblées dans leurs aspects suivant les desseins du dirigiste. Les tenues "intermédiaires" le seront aussi mais moins ostensiblement, car elles seront portées dans des lieux publics classiques. C'est d'ailleurs pourquoi il sera judicieux de choisir ces lieux selon des plages de jours et d'horaires par exemple peu fréquenté des familles pour les supermarchés. Des restaurants plutôt intimistes en quartiers tranquilles etc. Ces tenues intermédiaires seront plus suggestives qu'ultra révélatrices, des décolletés vertigineux tels que: imagecenterblog.net/robe-sexy-decollete-vertigineux-blanc.jpg" alt="image" width="245" height="245" /> 


des leggings et pantalons ultra moulants et/ou transparents tels que:  imagecenterblog.net/see-through-pants-1.jpg" alt="image" width="188" height="236" /> imagecenterblog.net/le-plus-joli-petit-cul-de-la-planete.jpg" alt="image" width="267" height="334" /> 


des shorts ultra courts et moulants tels que : 


imagecenterblog.net/sexy-mini-shorts-8.jpg" alt="image" width="240" height="400" /> 


des mini jupes qui se remarquent, telles que : 


imagecenterblog.net/Capture5.jpg" alt="image" width="249" height="261" /> 


des combinaisons super moulantes, telles que: 


imagecenterblog.net/Capture12.jpg" alt="image" width="265" height="423" /> 


et bien sûr des robes qui ne laisseront aucune doute sur votre "ouverture d'esprit", telles que:


imagecenterblog.net/Capture14.jpg" alt="image" width="265" height="384" />  imagecenterblog.net/Capture17.jpg" alt="image" width="273" height="488" />


Ceci n'est bien sûr qu'à titre illustratif. De toute façon, après accord conclu entre la future sissy et son formateur, elle devra soigneusement préparer l'ensemble de ses possessions vestimentaires classées par genre, robes, jupes, pantalons etc. Le formateur viendra inspecter chaque pièce et déterminera ce qui peut être utilisé en privé, intermédiaire et formation. Il est fort possible qu'une liste de première importance soit ensuite rédigé par ses soins, liste dont elle devra dès que possible (mais bien sur raisonnablement) s’acquitter d'acquérir tous les éléments, en en tenant le rapport au formateur. Donc, pour récapituler le côté vestimentaire, la sissy n'aura qu'une unique tenue pour chez elle, sauf au coucher où elle en aura une par semestre, lorsqu'elle sera en formation elle aura des tenues imposées selon les intentions du formateur, et pour tous ses déplacements et activités autres que famille et travail, elle portera des tenues intermédiaires elles aussi imposées par le formateur, choisies suivant l'activité ou la sortie prévue.


Les sous-vêtements à présent. Puisqu'il s'agit là d'une sissy trans, il serait dommage de ne pas composer avec ses seins naturels, même s'ils ne font jamais le 90C/95D rêvé. Une petite poitrine naturelle est un atout dans tout les cas pour le fait que c'est justement du naturel et que ça plait aux hommes, moins à l’œil mais plus au contact. En revanche il est nécessaire de toujours les montrer du mieux possible, à savoir par des soutien-gorge relevants et resserants de type Wonderbra. Hormis contre-ordre, elle en portera donc toujours. Elle possédera quelques boxers et quelques culottes en dentelle, quelques tangas aussi, mais l'essentiel sera composé de strings, dont certains ficelle. Des porte-jarretelles, au moins deux blancs et deux noirs, et une réserve conséquente de bas auto-fixants et pour porte-jarretelles de bon marché, 70% noirs, 25% chair, 5% de couleur dont le blanc. Le lycra est préférable au voile pour sa solidité et on trouve sur internet des promos sur des achats en nombre. Aucune présence chez soi, aucune sortie n'est admise sans bas sur les jambes. Idéalement ce sera aussi le cas sous ses tenues classiques au travail, si elle souhaite par exemple prouver à son formateur qu'elle fait tous les efforts pour lui plaire. Les collants en même proportions des teintes, mais pas de nombre, seront parfois portés sur demande du formateur, et autorisés pour la partie privée des tenues. 


L'accessoirie a elle aussi parfois son importance. Pour le choix du sac, hormis le bon goût, ce sera plus une question de situation et de besoins d'espace, grand si beaucoup de choses à transporter, petit si juste pour l'apparat. Pour la coiffure et les accessoires, pinces, élastiques, bandeaux, etc, cela va dépendre du programme. Pour les chapeaux, gants et bijoux, la même chose. Pour les chaussures par contre, hormis le besoin de devoir se rendre en des lieux où les talons seront un handicap évident tels que le sable ou l'eau, ils seront obligatoires. Talons larges pour sols meubles tels les sous-bois, talons fins pour sols durs. Préférence pour un peu de semelle à l'avant et à une souplesse de la matière, surtout si talons très haut, le but étant d'embellir, pas de torturer. Valable pour sandales, escarpins, bottines et bottes. Des sandales sans talon seront utilisées pour les sols décrits au début et les baskets ne seront admises qu'en cas de tenue de sport. Enfin, le maquillage sera toujours appuyé, en précisant qu'appuyé ne signifie pas vulgaire mais voyant. Teint impeccable, pommettes soulignées de blush, ombres à paupières de couleur stylées suivant l'iris, des smokeys marron ou noir lorsque l'on veut jouer la sécurité passe partout mais qui se voit très bien, eye liner marqué, mascara appuyé et parfois faux cils, bouche parfaitement délimitée, peinte au rouge à pinceau, ongles faits pieds et mains, couleurs adaptées. 


Les soins et l"hygiène sont le dernier parallèle à la présentation globale de la sissy. Ce qu'elle ne doit jamais perdre de vue, c'est que son formateur s'occupe gracieusement d'elle pour en faire une lopette accomplie, mais qu'en juste retour des choses, à part le satisfaire par son efficacité, elle lui doit un vrai respect, qui passe forcément par ne jamais ternir son image. De ce fait elle sera toujours lavée et pomponnée pour recevoir ou avant chaque sortie. Son corps passera au gommage bimestriel et sa peau régulièrement hydratée pour la maintenir toujours douce. La pilosité sera toujours entretenue au même titre et ce sur tout le corps, à l'exception du crâne... Pour autant les cheveux devront être soyeux et propres, bien nourris, et teints de manière régulière si besoin pour un aspect exemplaire. Ongles manucurés, bouche saine, haleine entretenue. Enfin, et sauf demande contraire exceptionnelle du formateur, son anus sera lui aussi toujours préparé à une possible et probable visite. Lavements à l'avance, répétés autant de fois suivant besoin, au moins toujours une fois peu avant le rendez-vous ou le départ.



 


la formation:


Elle va se dérouler en trois étapes successives, mais sur le fond un peu simultanées:


- L'entrainement


- L'acceptation de soi


- Le dépassement de soi


Pour son entrainement, la sissy devra déjà s'adapter sans faute aux contraintes vestimentaires expliquées ci-dessus, et réorganiser sa vie en rapport avec le besoin d'être impeccable hors privé. Nous l'avons aussi évoqué, une certaine garde-robe concernera justement sa formation en direct et sera uniquement désignée par le formateur à chaque étape de celle-ci, tout comme le programme ou les lieux concernés. Il lui arrivera de prévoir quelques actions précises sur un mois, qui nécessitent une planification organisée, telle qu'une réservation de lieu. L'essentiel se fera à une semaine d'avance pour permettre d'organiser le privé, et certains plans pourront être changés le jour même ou à la dernière minute par le formateur à sa guise, et comme dit au début en cas d'impondérable exceptionnel de la sissy. Suivant ses plans cela se déroulera chez elle, à l'extérieur en lieux clos, ou en lieux d'extérieur purs. Il a tout pouvoir de choix, peu importe le temps, l'heure et les lieux. C'est pourquoi la sissy devra elle aussi, régulièrement et le plus tôt possible, inscrire dans un calendrier partagé ses moindres prévisions privées à jours et horaires fixes, au moins sur la semaine du dimanche au dimanche à venir, et ce tous les samedis. Fond rouge aux jours et plages horaires privés, fond vert pour le reste, avec en annotation ses besoins de sortie classique, courses, invitation par un tiers, etc. C'est le formateur qui lui dira quand y aller, où aller et quoi porter. J'ai volontairement omis cette fois sport et activités individuelles ou collectives, car tout compte fait, c'est aussi au formateur de lui en désigner si il le souhaite uniquement. Du jogging à l'inscription en centre sportif, du club de danse au club de visites culturelles, il décidera si abonnements doivent être pris et planning créé en fonction, car il y trouvera une occasion supplémentaire et peut-être très efficace d'y faire humilier sa lopette. 


Le contrat:


Toutes ces contraintes représentent un poids non négligeable dans leurs vies respectives en matière d'organisation et de présence. Il serait dommage d'entamer une préparation complète pour la voir se désister faute d'avoir été réellement déterminée ou suffisamment avertie. C'est pourquoi un contrat doit-être établi, qui engage les deux parties à aller au bout de la formation. Reprenant absolument tous les détails de la formation et les exigences parallèles, il permettra, après de nombreuses lectures et un temps conséquent de réflexion équivalent à un mois, de s'engager par réelle volonté et non plus sur une quantité importante d'adrénaline et d'endorphines générées par l'excitation du jeu.


Premièrement, le formateur s'emploiera à définir à l'écrit ce que la sissy devra parfaitement comprendre, à savoir pourquoi elle va être formée et comment, et l'accepte pleinement dans l'idée en signant. Puis il lui énumérera les points sur lesquels elle va devoir changer radicalement ses habitudes, réorganiser sa vie et scrupuleusement tenir à jour ses documents (calendrier et compte-rendus), adapter sa garde-robe, prévoir quelques investissements et prendre connaissance de toutes les clauses de limites et de conditions définitives. Le contrat sera signé sur une année à date et reconductible autant de fois que nécessaire sur accord commun que la formation n'est pas terminée et demande perfectionnement. Le contrat ne pourra en revanche pas être rompu, hormis si cas de force majeure lié à la santé ou à une situation jugée humainement compréhensible. Pour éviter une réaction purement lunatique de la part de la formée, le jour de la signature du contrat (et pas celui de sa présentation pour être étudié;-), le formateur prendra une série de clichés de la sissy en différentes tenues ainsi que nue et qui posera alors pour lui docilement, y compris dans des attitudes sexuelles et avec objets. Ces photos seront ensuite utilisées sur un certain nombre de sites de rencontre, en chat direct ou par annonces, ainsi que sur des sites du milieu transgenre, gay et hétéro, à cibles larges ou précises, comme rondes, cougars etc. Nous verrons juste après le fonctionnement de ce système. Toujours est-il que sur ces profils les photos publiques seront sexy mais décentes et que les autres seront placées en dossier à consultation privée, ouvert si l'interlocuteur convient. Si la formée veut rompre son contrat sans motif acceptable, les photos passeront alors en mode public sur tous les sites. 


L'occupation du temps libre:



Le formateur a aussi sa vie privée, et peut-être même d'autres sissys à guider. Il ne pourra donc pas toujours être présent pour accompagner, diriger et même simplement surveiller cette sissy là. Lors des sorties qu"il imposera ua titre de la formation, il sera presque toujours présent car elles auront demandé de l'imagination et de la préparation et qu'il appréciera lui d'en profiter visuellement, voire d'adapter sur le moment les situations supputées. La formation se précisant au fil du temps, la confiance sur la réactivité, l'anticipation et l'aisance de la formée aidant, il pourra parfois lui organiser de vraies excursions sur parcours solitaire. Mais il est certain en revanche qu'il ne pourra pas l'emmener tous les jours quelque part et combler tout le vert de sa disponibilité à elle par sa présence. Déduction faite de l'utilisation de cette dispo pour les besoins classiques en tenues intermédiaires, il va rester du "vert" inutilisé. Pas grave au demeurant à titre occasionnel, il n'en reste pas moins que pour que cette formation soit efficace, elle doit s'avérer la plus intensive possible. "Pas de répit pour les sissys" devrait presque être l'un des adages de celle-ci. 


C'est là que nous en revenons à compléter l'évocation, un peu plus tôt, de ces sites de rencontre sur lesquels un profil pour la sissy aura été créé. Le formateur aura pris soin avant de créer ces profils, de créer deux boites mails, une au nom et pseudo de la sissy pour lui, et une identique à une variante de chiffre près pour elle. La première sera celle qui sera référencée sur les profils de sites, mais lui seul en connaîtra l'accès. De même il sera le seul à pouvoir se connecter en son nom à elle sur les chats directs. Entre les réponses souvent nombreuses aux annonces et la possibilité de se connecter temporairement en direct pour être contacté, il lui sera plutôt aisé de programmer des rencontres pour que la sissy reçoive des amant(e)s chez elle lors de son temps libre. Une fois les modalités de rencontre fixées, c'est à dire jour, heure et attentes précises de l'amant, la sissy recevra sur son mail à elle une fiche récapitulative sur sa rencontre à venir mais sans images. Il y sera inscrit le jour et l'heure, le prénom qu'aura donné la personne, son âge, son téléphone pour qu'elle l'enregistre, ses goûts et désirs lors de la rencontre, mais aucun détail physique ni intellectuel, ceci pour lui rappeler en permanence que plus aucun choix ne lui appartient. Le jour J, à l'heure H, elle découvrira quel homme est derrière le prénom inscrit sur le calendrier et recevra avec le même sourire de circonstance en ouvrant la porte les laids comme les beaux, les gros comme les minces, les idiots comme les intellos, les mauvais amants comme les très bons. Elle accueillera avec charme et élégance, douceur et obéissance ou même avec vice et gourmandise suivant le programme demandé, s'emploiera à coucher avec ces hommes en donnant le maximum d'elle-même et espérera toujours les voir repartir pleinement satisfaits.


Le but du formateur sera à la fois de lui faire rencontrer le maximum de nouvelles personnes pour lui faire connaître la plus large variété de pratiques sexuelles, d'attitudes masculines et de formats de sexes différents. Ce que lui va lui faire expérimenter dans ce sens sera presque toujours beaucoup plus hard que les propositions retenues de ces messieurs des sites, plus habitués aux transgenres timorées qu'aux sissys sans tabous. En entraînant sans cesse son physique et son mental à appréhender la nouveauté, sa faculté d'adaptation s'accompagnera d'une facilité d'acceptation, qui aidera à la seconde étape de la formation. Rapidement, elle prendra l'habitude que ses moindres heures de liberté se passent au lit avec de complets inconnus, même à sa pause déjeuner lorsque ce sera leur seule disponibilité, même tard la nuit ou tôt le matin pour certains. Toute communication ultérieure à un rendez-vous pour la revoir, l'inviter ou juste prendre des nouvelles devra faire l"objet d'un rapport au formateur, qui gérera la réponse à donner. A la base, la formation n'est pas destinée à trouver des sex-friends, mais à pousser la sissy à pratiquer la dépravation avec autant d'envie que de talent, avec pour espoir ultime de devenir la plus experte, la plus assumée et la plus reconnue des lopettes.


Pour ce faire, il est logique qu'elle connaisse absolument toutes les pratiques sexuelles, dont le formateur lui fournira la liste, et où elle validera honnêtement son expérience et inexpérience, sachant que ce qui aura été déclaré comme déjà expérimenté pourra faire l'objet de vérifications lors de séances de contrôle. Tout ce qui sera encore inexpérimenté devra l'être et le formateur trouvera les candidats pour. La sexualité et l'esthétique sexuelle doivent devenir impérativement une passion pour la sissy. Chaque vision des gens qu'elle aura, sur des images fixes ou animées, ou dans le réel à l'extérieur, devra naturellement diriger son regard sur leur intimité. Regarder les femmes et deviner leurs seins, leurs fesses, leur sexe même parfois. Regarder l'entre-jambe des hommes et deviner leur paquet. Avoir l'opportunité de découvrir la nudité des intimités sera pour elle une joie absolue et elle éprouvera de la reconnaissance pour celle et ceux qui lui offriront cet honneur. Complimenter les gens sur la beauté de leurs parties intimes suggérées fera partie de son entrainement à oser. Ciblant des personnes inconnues aux apparences non-agressives, elle placera intelligemment son compliment osé. Par exemple, à une femme elle glissera qu'elle lui envie ses beaux seins galbés en ironisant sur les siens, à une fille qu'elle aimerai beaucoup avoir d'aussi jolies fesses, et à un homme que son pantalon cache difficilement une surprise qui doit certainement plaire à beaucoup de femmes.


De même, elle devra apprendre à toujours complimenter les hommes qu'elle rencontre pour l'envie que procure leur sexe, puis les remercier chaleureusement pour avoir couché avec elle et l'avoir honorée avec leur membre et leur semence. De son côté elle ne devra tenir compte d'aucun compliment sur son physique, seuls compteront ceux éventuellement faits sur son efficacité. Et justement, cette efficacité, elle pourra en juger à la jouissance de son partenaire. Qu'il jouisse une seule fois ou plusieurs, il doit absolument éjaculer, en projetant ou répandant son plaisir, de préférence sur elle. Si il semble éprouver des difficultés érectiles ou même à jouir, elle le rassurera et emploiera toutes ses connaissances et talents pour lui faire sortir la crème d'amour. D'ailleurs, les secrétions intimes devront elles aussi devenir une passion pour la sissy. Qu'elle doive se délecter de la cyprine d'un sexe féminin trempé ou avoir le palais inondé par les jets de la liqueur d'un homme, tout ce qui lui est offert sera du nectar et dégusté comme il se doit. Elle éprouvera aussi autant de plaisir à se voir étaler le sperme sur la poitrine, les fesses ou sa rondelle encore palpitante, que de le recevoir sur son visage docile ou dans sa bouche avide. Elle prendra toujours soin d'un sexe qui vient de jouir, en le nettoyant consciencieusement avec sa langue et ses lèvres. Au-delà des sexes de ses partenaires, la sissy sera aussi très attentive à leurs testicules, qu'elle apprendra à choyer par la caresse et un léchage parfait. Enfin, c'est aussi aux anus qu'elle fera démonstration de ses talents, sauf à ceux qui refusent catégoriquement la feuille de rose, mais ils seront plus nombreux à l'apprécier voire à la découvrir. La sissy doit devenir experte en bouffage de culs, qu'elle sollicitera en léchant les testicules et la partie située entre elles et l'anus, pour finalement l'atteindre. Sa langue sera gourmande et insidieuse. Parfois, certains apprécieront de lui faire un face-sitting pour lui imposer de pratiquer ceci en profondeur et le temps qu'ils voudront.


Si sa bouche se doit donc d'être la plus talentueuse possible, le reste de son corps n'est pas en reste de devoir plaire à ses amants et de contribuer à leur satisfaction. Dans le cas d'une sissy trans, ses nichons, même s'ils ne font pas d'elle une femme, sont quand même de vrais seins et les hommes aiment les seins. Visuellement déjà ils contribuent à la montée de leur excitation et le fait de les malaxer, les lécher et les téter termine de la rendre très importante. La sissy trans proposera de beaux petits seins naturels fermes, aux tétons souvent saillants, idéal pour de longues succions appuyées. Un certain nombre d'hommes apprécient aussi un malaxage très ferme, voire un travail des tétons méthodique consistant à les tordre puis les étirer longuement. Parfois à la limite de la douleur, la sissy acceptera et appréciera ces traitements sur ses mamelles, car elle sera très flattée que l'on s’intéresse à ses seins de lopette.


Dernier mais pas le moindre, son cul sera un centre d'attention majeur, bien qu'il sera aussi possible que seule sa bouche soit sollicitée par certains hommes, la réputation des lopettes pour la fellation n'étant plus à faire. Il n'en reste pas moins que les hommes aiment aussi les culs, les voir, les toucher et les pénétrer, souvent encore bien plus que les chattes de ces dames, car une rondelle enserre bien plus un phallus qu'un vagin. Tout d'abord, la forme du cul de la sissy devra être la plus féminine possible, idéal dans le cas d'une sissy trans grâce aux hormones qui répartissent les graisses et à sa prise de poids. Les hommes vont adorer sodomiser ces fesses de femme, car encore peu d'entre elles acceptent cette pratique. La propreté du rectum proposé est donc essentielle, et lorsque la sissy sera amenée à prévoir des sorties avec pluri-relations, elle assurera ce besoin en jeûnant H24 avant et en prenant un constipateur. Ensuite, la souplesse de son anus devra être travaillée régulièrement pour pouvoir accueillir certains "gros calibres", des objets divers, une double pénétration, des pénétrations nombreuses à la chaîne et pouvoir envisager le fist-fucking. Elle sera donc plugée l'essentiel du temps, même dans les moments privés, ce qui maintiendra son anus ouvert le plus souvent possible. Tous les soirs avant de se coucher, elle se godera un quart d'heure sur des ustensiles de plus en plus conséquents et travaillera avec patience mais détermination l'assouplissement et le diamètre d'ouverture de son trou. Plus son cul acceptera large, plus elle sera fière, car son but sera de le transformer en véritable chatte anale, pour un accueil incomparable.



 


Concernant ses attributs génitaux à elle, nous avons bien dit qu'il n'était plus question de parler de femme, mais d'une lopette sissy, donc d'un garçon efféminé travesti en fille, avec un pénis et des testicules comme n"importe quel garçon. Dans le cas présent, le fait que le garçon soit temporairement passé par la case trans et soit donc hormoné lui a attribué une paire de seins, des traits plus efféminés, une pilosité quasi invisible sur


Partager

Ajouter un commentaire

Veuillez vous connecter pour Ajouter des commentaires dans le blog

Notes

Votre note: 0
Total: 0 (0 voix)

Mots Clés