moont: Première rencontre

Première rencontre

10 févr 2016 à 21:03

Je fais connaissance sur internet avec un jeune femme magnifique. Elle sait me séduire. Elle a l'air sensible, douce, aimante, tout ce qu'un homme peut chercher chez une femme.


Après plusieurs dialogues, elle me propose enfin une rencontre, boire un verre chez elle. Que pourrais-je espérer de mieux.


Elle me donne rendez-vous en ville, pas très loin de chez elle. Je viens en espérant que ce n'est pas un faux plan, un lapin. Je suis heureux de constater qu'elle est là. Elle m'emmène chez elle, tout se passe parfaitement, comme dans un rêve. Chaque seconde passée avec elle je me sens encore plus attiré par elle. Encore plus sous son charme, comme si elle m'avait jeté un sort.


Nous buvons un verre, puis deux, et trois....


L'alcool commence à faire son effet, tout semble tourner autour de moi. Elle prend ma tête entre ses mains et rapproche son visage du mien. Je sens ses lèvres se poser sur les miennes. Elle m'embrasse, encore et encore. Je me sens de plus en plus excité. Elle me chuchote à l'oreille qu'elle a envie de moi, elle sort ma chemise de mon pantalon et la déboutonne. Je fais de même avec ses vêtements, je la déshabille pendant qu'elle me déshabille. Il ne suffit que de quelques minutes pour que nous soyons nus dans son lit.


Nous faisons l'amour comme je ne l'ai jamais fais avant. La meilleur nuit de ma vie.


Elle s'endort contre moi. Je la suit rapidement dans un profond sommeil.


Je me réveille le lendemain. J'ouvre les yeux mais tout reste noir, j'essaye de passer mes mains sur mes yeux mais elles sont attachées dans mon dos. Je suis toujours sur le lit je suis attaché, les yeux bandés et elle m'a laissé.


« -Je crois qu'il se réveille. » Un voix d'homme prononce ces mots.


« -On dirait bien. Après la nuit que je lui ai fait passer ça m'étonne qu'il se réveille déjà. Ce sera peut être un jouet plus solide que les autres. Je pourrais peut être le garder un moment. » Je reconnais sa voix, mais cette fois il n'y a plus de sensualité, plus de douceur. Elle est froide, agressive, autoritaire.


« -Tu as passé la meilleur nuit de ta vie avec moi. Tu vas maintenant devoir passer à la caisse pour ça. » J'entend l'homme ricaner pendant qu'elle prononce ces mots.


Je sens une main me caresser. Mais ce n'est pas celle de mon amour. C'est la main de l'homme. Je me débat


« -Lâchez moi. Laissez moi partir. » Mes mots meurent dans le vide.


« -Je t'ai dis que tu vas devoir payer pour la nuit passer avec moi. »


« -J'ai pas d'argent, je peux rien te donner. »


« -C'est pas grave, c'est pas ton argent que je veux, c'est toi. »


« -Comment ça, je comprend pas ? »


« -J'avais envie d'un nouveau jouet. Je t'ai trouvé. » Elle prend ma tête entre ses mains et me crache au visage.


« -Hier tu étais mon sextoy. Aujourd'hui tu vas être ma pute. »


Pendant qu'elle prononce c'est mots je sens une autre paire de main qui se saisi de mon visage. Elle enfonce son pouce et son index dans mes joue pour me forcer à ouvrir la bouche.


« -Interdiction de fermer cette bouche sans mon autorisation. » Encore un crachat me dégouline sur le visage.


Je sens un gland bien dur se presser contre mes lèvres.


« -Laisse le rentrer. Laisse toi faire. » Encore un ordre qu'elle me donne.


C'est avec dégout que je le laisse entrer dans ma bouche. Je le sens s'efoncer entièrement dans ma bouche. Je suffoque, j'étouffe. Il fait des vas et vient de plus en plus rapide. Je le sens de plus en plus dur, de plus en plus humide. Je sens sa mouille remplir ma bouche, couler dans ma gorge. Je suffoque, je tousse.


Elle me caresse les cheveux.


« -C'est bien, laisse toi faire. Continu comme ça. Fais moi ce plaisir. Seul mes désirs comptent désormais. Je te dis tu fais. Que tu le veuilles ou non tu dois m'obéir. »


Je hoche la tête pour exprimer mon désaccord. Elle me gifle.


« -On dirait que tu comprends pas. Je te demande pas d'aimer ça et je t'ai pas demander ton accord. Je te disais ce qu'il en était c'est tout. »


Le sexe dans ma bouche est de plus en plus humide. Je sens quelques gouttes de spermes se mélanger à la mouille. J'entends l'inconnu gémir de plus en plus. Dans ma tête j'espère qu'il va vite sortir avant de jouir.


Elle saisi ma tête fermement pendant que l'homme enfonce sa queue au plus profond qu'il puisse. Je sens son foutre gicler à plusieurs reprise. Il y en a trop, je suffoque, je sens un peu de jus ressortir de ma bouche et couler de mes lèvres. Il se retire rapidement.


Ouf, je vais pouvoir tout recracher. Elle ne m'en laisse pas le temps.


Elle ramène le peu qui est sorti de ma bouche entre mes lèvres et me tiens la bouche fermement fermée. Puis elle me pince le nez.


« -Avale. Tout de suite. »


J'étouffe, je suis contraint d'avaler


Elle relâche son étreinte. Je sens les larmes de honte et de dégout couler sur mes joues. Je tousse, je suis écœuré, c'est infecte, j'ai horreur de ça. Je suis horrifié de ce qui vient de se passer et je suis soulagé que ce soit fini.


Un belle erreur.


Je sens de nouveaux les mains de l'homme me saisir. Par les hanches cette fois. Il me tire vers lui. Je résiste. Elle me gifle à nouveau.


Elle approche sa bouche de mon oreille.


« -Laisse faire, fais le pour moi. » Elle me le murmure doucement à l'oreille.


« -Pitié, pas ça. Je t'en supplie. » Elle me gifle une fois de plus. Me crache de nouveau à la figure.


« -Qu'est ce que je t'ai dis. » Sa voix redevient agressive et autoritaire.


« -J'ordonne et tu obéis. Un point c'est tout. Et ne manque pas de politesse à ta maîtresse. Tu me vouvoies sale pute. Je vais t'éduquer tu vas voir»


Elle me maintient immobile.


Je sens le gland forcer le passage entre mes fesses. Il l'enfonce d'un coup. Profondément. Elle met sa main sur ma bouche pour m’empêcher de crier. Je n'ai jamais ressenti une douleur aussi intense. Une brulure immonde. Je pleure toutes les larmes de mon corps. Mais ça ne l'arrête pas. Il me pilonne encore et encore. Je le sens aller et venir. La brûlure est de plus en plus insupportable. A chaque vas et vient je sens un peu plus ma conscience s'en aller. Un peu plus toute volonté s'échapper de moi.


Au bout d'un moment je n'essaye plus de résister, je laisse faire en priant pour que ce soit bientôt fini. Qu'il prenne son pied et me laisse enfin tranquille.


Je fini pas perdre la notion du temps, j'ai tant pleuré que mes yeux restent secs.


Depuis que j'ai cessé de résister elle a relâché son étreinte.


Je sens sa main caresser mes cheveux, et de temps en temps s'étendre sur le reste de mon corps.


« -Tout doux, tu es un gentil toutou. Continue comme ça, laisse toi faire. »


Je sens l'homme se retirer et jouir sur mon dos.


« -Hum, tu avais raison, c'était le pied. Tiens voici ton argent. »


« -Merci. » Je l'entends prendre l'argent à l'homme avant que celui-ci s'en ailles.


Je suis soulagé. C'est enfin fini. Je peux respirer désormais.


« -Un instant. » Elle interpelle l'homme avant qu'il sorte.


« -Fais entrer le suivant avant de partir. »


A ces mots tout espoir s'envole.


D'autres hommes entrent les uns après les autres, tous la payent puis font entrer le suivant.


Je perds le compte. A cause de la douleur, la honte, mon cerveau est embrumer je perds la notion du temps.


« -Voilà, c'était le dernier. » Je suis soulagé.


« -Tu as été une bonne pute. »


Je sens qu'elle me passe un collier autour du cou.


« -Tu seras ma chienne à partir d'aujourd'hui. J'espère que tu réalises l'honneur que je te fais de te prendre à mon service. Tu seras ma chienne, mon objet, mon sextoy, ma pute, et tout ce qui me viendra à l'esprit..... »


« -Tu seras tout ce que voudrai, chaque fois que je le voudrai. »


.......


« -Oui Maîtresse. »




Partager

Ajouter un commentaire

Veuillez vous connecter pour Ajouter des commentaires dans le blog

Commentaires

  • 10 déc 2016 à 22:16
    Incroyable ça m'a donner des frissons ^^
  • 11 févr 2016 à 11:17
    heu....
    comment dire ? c'est du vécu ?

Notes

Votre note: 0
Total: 4 (1 voix)

Mots Clés

fellation   maîtresse   pute mâle   sodomie   soumis   viol